Sans le savoir, vous êtes sans doute un Phubber…

Bon nombre d’entre nous sommes des « Phubbers » sans le savoir. Qui n’a pas déjà utilisé son smartphone en marchant, sans regarder devant lui, ou en étant avec une autre personne, sans se préoccuper de celle-ci?

« Phubbing », un nouveau terme déjà à la mode

Les smartphones sont désormais bien (trop?) ancrés dans notre quotidien. Elle nous semble loin l’époque où l’on n’avait pas internet sur son mobile, et encore plus loin celle où l’on ne possédait même pas de… smartphone.

Parallèlement à l’avènement de ces nouveaux appareils, les comportements ont eux aussi fortement évolué. Utiliser son portable en société est devenu une habitude qui peut aller jusqu’à la dépendance pour certains. On commence même à parler d’esclavage numérique.

Les générations les plus anciennes ne comprennent d’ailleurs pas, pour la plupart, comment nous en sommes arrivés là, c’est-à-dire à des utilisateurs qui ne sont même plus capables de lever leurs yeux de leur smartphone. Dans ce contexte, une detox digitale peut s’avérer plus que nécessaire…

Levez les yeux vers la vie 1.0

Ces derniers ont désormais un nom : les «phubber ». Il est directement inspiré du mot « phubbing » qui représente la tendance à rester le nez sur son smartphone lorsque l’on est en société. Ce mot-valise anglais vient directement de l’association de deux autres mots : phone (téléphone) et snubbing (snober). Littéralement, phubbing signifie donc « télésnober », c’est-à-dire mépriser son entourage en ne prêtant attention qu’à son téléphone mobile.

Ce nouveau mot a été lancé par l’agence McCann pour « compléter » le dictionnaire anglo-australien Macquarie Dictionary, en 2012. Ce sont des universitaires australiens spécialisés dans le langage et les mots qui ont donc imaginé ce néologisme.

On a tous en nous quelque chose de phubbing

Il nous est tous arrivé à nous aussi de nous enfermer dans notre bulle et de faire notre phubber.

Pour la grande majorité cette soumission à son portable est encore acceptable, pour certains le problème est plus sérieux. Le remède à cet assujettissement, comme pour toute dépendance, passe par une detox digitale.

Si cela peut faire rire, se forcer à ne plus utiliser son smarpthone pendant au moins une journée est difficile, ça l’est encore plus pour une semaine. Pourtant, cette digitale detox semble être un vrai soulagement pour celles et ceux qui l’ont déjà essayée. A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *