Detox Digitale, c’est quoi?

Une detox digitale répond à un excès au même titre qu’une rehab répond à un besoin non-résonné d’alcool. Le mal du siècle dernier a été celui du mal de dos, et, celui à venir (qui est déjà présent) est celui de l’hyper-connexion.

Dans un monde où il y a plus de smartphones que de brosses à dents, il est (déjà) grand temps de reprendre le contrôle pour ne pas perdre le fil de sa vie 1.0. Dans ce contexte, une detox digitale peut s’avérer pertinente pour ceux qui sont déjà enfermés dans une box Wi-Fi comme pour ceux qui réussissent à s’avouer que le burn-out n’est pas loin.

Etre connecté? Un « travail » à temps plein

Le quotidien est composé de multiples tâches comme s’habiller, s’alimenter, se déplacer, travailler ou encore se divertir. Selon les cas, la tache « communiquer » peut passer devant toutes les autres (voire se chevaucher avec celles-ci), et, cette nouvelle forme de priorisation peut rendre le quotidien infernal.

Les hyper-connectés ayant réduit leur consommation de « données » connaissent la réponse à cette questions :

« Comment, au sein d’une même journée, est-il possible d’écrire une dizaine de tweets (+ les RT et les messages privés), de poster  des clichés qui font saliver les « autres » sur Instagram, de géolocaliser de nombreux endroits à la mode, de répondre à ses e-mail (à toutes les heures…), de gérer sa vie sur Facebook (suivi des informations de ses « amis », likes, partages, visionner des vidéos virales, etc…) et bien sûr d’assurer toute la correspondance liée (messages sur Facebook, demandes d’amis, réponse à un commentaire ou un tweet, etc…)? »

La réponse est simple : Cela n’est pas possible…

Au lit, en voyage de noces, le week-end, aux toilettes…

Le défaut lié au fait d’être connecté est aussi son principal avantage : Il n’y a aucun limite physique et temporelle.

Il est possible de se connecter partout et tout le temps. Au fil des jours, votre smartphone (avec un soupçon de tablette tactile) va prendre le contrôle en vous « suivant » aux toilettes, en week-end (il faut faire saliver vos amis…) et jusque dans votre lit. Petit à petit, cela devient une habitude et cela est acceptée par tous (amis, compagne, mari/femme, etc…).

Le danger est donc là : Se donner l’impression d’exister et avoir le BESOIN de se démultiplier (plusieurs comptes sur plusieurs plateformes, utilisation tout en regardant la télévision voire en faisant du sport, etc…). Cette mécanique est implacable et chaque tweet/post raté est comme une blessure.

Une étude menée par iClick Interactive nous montre que :

  • 15% des personnes répondent au téléphone lorsqu’ils font l’amour
  • 40% répondent alors qu’ils sont aux toilettes
  • 64% dorment avec leur smartphone à proximité

Un burn-out dévastateur qui ne prévient pas

Cette boulimie virtuelle est insidieuse et silencieuse puisque le besoin nourrit cette dépendance. Dans la plupart des cas, le burn-out ne prévient pas et sa fatigue emporte tout sur son chemin. L’individu est vidé de son essence, et, la confrontation est obligatoire avec un mal-être certain. 

Le cercle est vicieux puisque plus l’individu va mal et plus il s’enferme dans cette « fausse vie » aussi virtuelle que ses émotions 1.0. Nous en savons quelque chose puisque l’un de nous a explosé en vol de la sorte (voir notre rubrique Qui Sommes-Nous?).

Le corps devient alors un accessoire et même une personnalité pétillante devient aussi charismatique qu’une motte de beurre au soleil. Les personnes touchées veulent échapper à la solitude, mais cette mécanique ne fait que répandre ce sentiment dans chaque cellule de son corps.

Ne pas dramatiser, mais faire face à cette dépendance

Au final, la vie virtuelle et la vie réelle sont perdantes. L’objectif n’est pas de dramatiser la situation en évoquant des cas extrêmes, mais il est indispensable de prendre conscience du fait que la technologie grignote des bouts de vie, et ce, chaque jour.

Se mettre dans sa bulle alors que vous êtes avec des amis, rester chez soi pour geeker alors qu’un bon dîner entre amis vous tendez les bras ou encore faire du phubbing (marcher sans lever les yeux de son smartphone) n’a (presque) aucune valeur ajoutée.

Une detox digitale pour reprendre le contrôle

En ce sens, la detox digitale est un réel outil pour reprendre sa vie en main. Comme pour toute autre forme de detox, il est nécessaire d’avoir une méthode et une motivation réelle.

Nous pouvons vous aider pour la méthode, mais la motivation doit provenir du plus profond de vous-même comme ce fut le cas pour mes 2 compères et moi-même.

Retirer les notifications de son smartphone, éloigner son portable de son lit ou encore (ré)organiser sa vie sociale 1.0 sont des clés pour sortir la tête de son smartphone.

5 réflexions au sujet de « Detox Digitale, c’est quoi? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *